Auteurs - Lise Picard

Romancière à temps plein

lise picard, roman,policiers, thomas, edouard, victorin, chat noirMa passion des livres s’est éveillée en moi à ma cinquième année d’école primaire. Il y avait un petit local au collège paroissial où je pouvais emprunter des livres pour une période déterminée. Cette année-là, mon imaginaire a pris son premier envol. Plongée dans un roman d’aventures dépourvu d’image, je m’isolais complètement du monde extérieur et je me laissais guider par l’auteur pour créer mes propres images. Je pouvais passer des heures à lire, assise sur un perron de porte, un balcon, un banc d’autobus ou une balançoire. J’étais transportée dans un autre univers et je perdais complètement la notion du temps.
À l’école secondaire, j’ai mis les pieds dans une vaste bibliothèque. Pouvez-vous imaginer le plaisir que j’ai ressenti en entrant dans cet univers paisible et silencieux ? Une quantité incroyable de livres abordant une grande variété de sujets et pouvant assouvir ma soif de connaissances m’était enfin accessible. Ces livres m’offraient la possibilité d’explorer tout ce qui existait dans le monde littéraire. C’est à cette période que j’ai commencé mes premières collections de livres. Presque toutes mes économies y passaient.
J’ai toujours été passionnée par les livres et les films d’aventure, de suspenses, d’intrigues policières ou de science-fiction. Et je n’ai jamais cessé depuis d’agrandir mes collections, tant au niveau des films que des livres.
J’ai fait un premier essai en écriture en 1989, alors que l’informatique était en pleine évolution et que les logiciels de traitement de texte en étaient à leurs premières versions. J’ai commencé à écrire les pages de mon premier manuscrit avec un stylo sur des feuilles lignées. Cent cinquante pages plus tard, j’ai réalisé que, si je voulais que mon manuscrit soit un jour dans les mains d’une maison d’édition, je n’avais pas d’autre choix que de dactylographier mon texte. Je me suis donc acheté une machine à écrire IBM usagée et j’ai recommencé à écrire mon manuscrit, à partir du début. Pendant que je dactylographiais mon texte, je ne pouvais m’empêcher de modifier certains passages, d’y ajouter de petites précisions. Cherchant continuellement à enrichir le contenu du texte et à perfectionner l’élaboration des aventures de mon héros, je me suis rapidement rendu compte que je devais trouver un autre moyen pour écrire mon manuscrit.
Par la force des choses, j’ai mis de côté ma dactylo. J’ai fait l’acquisition d’un ordinateur et je me suis acheté un traitement de texte avec lequel j’étais habituée à travailler. Lorsque j’ai recommencé à écrire mon manuscrit pour la troisième fois, j’ai su que j’avais enfin trouvé l’outil qu’il me fallait pour continuer à produire mon œuvre littéraire.
J’ai connu une période de découragement après avoir essuyé un refus auprès des deux maisons d’édition à qui j’avais expédié mon manuscrit.
Au cours des trente années qui suivirent cet épisode, je n’ai jamais vraiment cessé d’écrire. Je retravaillais mes textes, peaufinais mon écriture et modernisais mes histoires pour les mettre au goût du jour.
En 2008, je suis retournée aux études pour devenir orthothérapeute et j’ai ouvert ma clinique de soins thérapeutiques. J’ai enseigné la massothérapie dans une académie. J’ai été responsable du comité de la massothérapie pour Opération Enfant Soleil, dont je fais toujours partie, encore aujourd’hui.
À l’automne 2017, j’ai pris ma retraite définitive du monde de l’informatique, de la bureautique et de l’enseignement, afin de m’occuper uniquement de ma clinique.
Coïncidence heureuse, c’est au moment de ma retraite que le plus grand rêve de ma vie s’est réalisé. Je discutais avec le propriétaire des Éditions OrangeBleue, lorsque celui-ci m’a signifié son intérêt pour mes romans. Imaginez la joie que j’ai ressentie lorsqu’il m’a offert de les publier. Il a rallumé la vieille flamme qui sommeillait en moi. Je lui en serai éternellement reconnaissante. Mille fois Merci, Bertrand !
J’ai repris la plume de façon sérieuse et je suis pleinement heureuse de pouvoir enfin me consacrer à ma plus grande passion.
Lorsque je termine l’écriture d’un livre, je souhaite que mes lecteurs puissent s’évader, qu’ils connaissent des moments magiques, riches en émotions, et qu’ils aient du plaisir à suivre les aventures des personnages à qui j’ai donné vie par la magie des mots.

Les enquêtes secrètes de Thomas Édouard Victorin